Artistic approach

At first casual glance, my painting is tinged with humour but also with doubt, oscillating back and forth between references to current events, cinema, History, and more innocuous images, which combine into theatre. Man is my subject. My paintings do not tell a story, do not issue a message, but show and challenge us. Colour is exalted, sometimes to the extreme. But beyond the purely visual effect, it brings truth to figures as incongruous as heterogeneous.

A landscape of cloudy skies is often the backdrop of emergent characters. They oppose or combine to give rise to new connections. The canvas becomes a chessboard in which I try to create relationships between things that had probably not before. The titles  do not describe nor summarise the painting, but exude the spirit in which it was designed.

In the series "My way", the figure of Buster Keaton is correlated with the monument of the Egyptian sphinx, referring to the idea of the large and small. The same type of contrast between the mundane and the grandiose exists in the painting, "Where do we come from? What are we? Where are we going? ", it displays the idea of the loneliness of a human being faced with the universe. The bag "Didl" attempts to highlight his daily preoccupations. and operates a shift with the original idea. The character that appears absurd at first, is tempered and softened by colour, giving way to a less nuanced and more critical image.

From painting and static images, I then evolved to the investigation of movement through the use of video. Working with new procedures of the medium of video, I assemble raw images that have been taken and/or developed and combine them in the form of storyboards into a "painting video”. Thus the cloud reappears in “Bref”, a symbol of the fragility and the time of life. A sensitive and tragic dimension as  in “Escape”, images of an impossible escape, juxtaposing and contrasting to a vision focused on a self-deprecating, warped glimpse of our contemporary lifestyles, as in “Be Sport”...

I try to create work with multiple interpretations, navigating through a limbo to achieve a subtle combination of the serious and the trivial .

To be continued...

Démarche artistique

Ma Peinture est désinvolte, teintée d’humour mais aussi de doutes, oscillant dans un  va et vient continuel d’images référent à l’actualité, au cinéma, à l’Histoire ou à des images plus anodines. L’Homme est mon sujet. Si mes peintures  se présentent comme des « mises en scènes », elles n’imposent pas de narrations particulières. Le tableau ne raconte pas  une histoire, ne délivre pas de message mais nous donne à voir, nous interpelle. La couleur est exaltée, parfois jusqu’à l’extrême. Mais au delà de l’effet purement visuel, elle donne une véracité à des figures aussi incongrues qu’hétéroclites qui se combinent entre elles pour faire écho à nos représentations.

A des paysages aux ciels nuageux, chaotiques, succèdent l’entrée en scène de nombreux personnages qui s'opposent ou s'associent pour faire naître de nouvelles correspondances. La toile devient un échiquier dans laquelle j’essaye de créer des rapports entre des choses qui vraisemblablement n’en avaient pas. Les titres ne décrivent, ni ne résument le tableau mais dégagent l’esprit dans lequel il a été conçu.

Dans la série « My way » la figure de Buster Keaton est mise en corrélation avec le monument du sphinx d’Égypte renvoyant à l'idée du grand et du petit. Même type d'opposition entre le banal et le grandiose dans « D’où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ? » où se dégage l'idée de la solitude de l'Homme face à l'univers, le sac « Didl » marque ses préoccupations quotidiennes et opère un décalage avec l’idée de départ. Le caractère saugrenu qui apparait dans un premier temps, que la couleur tempère et adoucit, laisse place à une image moins nuancée, plus critique.

La peinture, image statique, m’a porté vers celle en mouvement avec l’utilisation de la vidéo. Je m’efforce par ce biais de construire, d’assembler des images prises à vifs et/ou élaborées sous forme de story-boards pour en faire un « tableau vidéo ». C’est ainsi que le nuage resurgit dans « Bref », symbole de la fragilité et de l'instant de la vie. Vision sensible et tragique comme dans « Escape », image d’une fuite impossible, à laquelle s'oppose une vision plus tournée vers l'autodérision, décalée, sur nos modes de vie contemporains comme dans « Be Sport »...

J’essaye ainsi de livrer une œuvre aux interprétations multiples, naviguant sur un entre deux pour atteindre une subtile combinaison entre le grave et le dérisoire.

                                                                      

                                                                                                A suivre …